N'oublions pas le message de Yaguine et Fodé

N'oublions pas le message de Yaguine et Fodé
 
Demain, en tant qu'Echevin en charge de la Solidarité Internationale, c'est avec une émotion certaine que j'aurai l'occasion d'accueillir à l'Hôtel de Ville les commémorations de Yaguine et Fodé. 

Pour rappel, il y a 18 ans, le 2 août 1999, Yaguine et Yodé, 2 jeunes Guinéens, sont retrouvés sans vie dans le train d'atterrissage d'un avion Sabena en provenance de Conacry. Sur eux, on retrouve une lettre adressée aux autorités européennes demandant l'éducation pour tous en Afrique. Une lettre poignante et une histoire tragique que nous commémorerons demain. Retrouvez l'intégralité de la lettre au bas de cet article.
 
Pour le déroulement de la commémoration:
 
- 14h45 : commémoration officielle et dépôt de fleurs
 
- 15h30-18h: distribution de roses et du Message de Yaguine et Fodé sur le piétonnier de Bruxelles (entre les places de Brouckère et de la Bourse), ainsi qu'à l'entrée de la Gare Centrale, Carrefour de l'Europe.
 
- 18h30 : conférence-débat:
 
• Intervention de Son Excellence Monsieur Ousmane Sylla, Ambassadeur de Guinée
• Le sens de la Commémoration, par Madame Hélène Madinda, Présidente de CCAEB
• L’établissement de routes de migrations plus sûres (p.ex. visas et transport officiel) tentera-t-il plus de migrants vers l’Europe, par Nicolas Van Nuffel.
• Présentation de la vidéo sur les réalisations d'Iday-Guinée, soutenu par le Fonds Message de Yaguine & Fodé.
• Comment persuader les jeunes africains de construire plutôt leur bonheur dans leurs pays, par Jean-Jacques Schul.
 
- 20h15 : Drink offert par la Ville.
 
 
La lettre de Yaguine et Fodé:
 
Conakry, le 29 juillet 1999

« Excellence, Messieurs les membres et responsables d’Europe,

Nous avons l’honorable plaisir et la grande confiance de vous écrire cette lettre pour vous parler de
l’objectif de notre voyage et de la souffrance de nous, les enfants et jeunes d’Afrique.

Mais tout d’abord, nous vous présentons les salutations les plus délicieuses, adorables et respectées
dans la vie. A cet effet, soyez notre appui et notre aide. Vous êtes pour nous, en Afrique, ceux à qui il
faut demander au secours.
 
Nous vous en supplions, pour l’amour de votre continent, pour le
sentiment que vous avez envers votre peuple et surtout pour l’affinité et l’amour que vous avez pour
vos enfants que vous aimez pour la vie.
 
En plus, pour l’amour et la timidité de notre créateur Dieu le
tout‐puissant, qui vous a donné toutes les bonnes expériences, richesses et pouvoirs de bien
construire et organiser votre continent à devenir le plus beau et admirable parmi les autres.

Messieurs les membres et responsables d’Europe, c’est notre solidarité et votre gentillesse que nous
vous crions au secours en Afrique. Aidez‐nous, nous souffrons énormément en Afrique, nous avons
des problèmes et quelques manques au niveau des droits de l’enfant.

Au niveau des problèmes, nous avons la guerre, la maladie, le manque de nourriture, etc…Quant aux
droits de l’enfant, c’est en Afrique, et surtout en Guinée nous avons trop d’écoles mais un grand
manque d’éducation et d’enseignement. Sauf dans les écoles privées où l’on peut avoir une bonne
éducation et un bon enseignement, mais il faut une forte somme d’argent. Or, nos parents sont
pauvres et il leur faut nous nourrir. Ensuite, nous n’avons pas non plus les écoles sportives où nous
pourrions pratiquer le football, le basket ou le tennis.

C’est pourquoi, nous, les enfants et jeunes Africains, vous demandons de faire une grande
organisation efficace pour l’Afrique pour nous permettre de progresser.

Donc, si vous voyez que nous sacrifions et exposons notre vie, c’est parce qu’on souffre trop en
Afrique et qu’on a besoin de vous pour lutter contre la pauvreté et pour mettre fin à la guerre en
Afrique. Néanmoins, nous voulons étudier, et nous vous demandons de nous aider à étudier pour
être comme vous en Afrique.

Enfin, nous vous supplions de nous excuser très très fort d’oser vous écrire cette lettre en tant que
Vous, les grands personnages à qui nous devons beaucoup de respect. Et n’oubliez pas que c’est à
vous que nous devons nous plaindre de la faiblesse de notre force en Afrique.

Ecrit par deux enfants guinéens, Yaguine Koité et Fodé Tounkara  (signatures)"

 
Cette lettre à été trouvée le 2 août 1999 sur les corps sans vie de Yaguine Koita (14 ans) et Fodé Tounkara (15
ans) dans le train d’atterrissage d’un avion Sabena venant d’Afrique.