Le Continental s’apprête à retrouver une nouvelle jeunesse

Le Continental s’apprête à retrouver une nouvelle jeunesse

Les travaux de façade de l’ancien Hôtel-Café Continental, situé sur la place De Brouckère et en bordure du piétonnier, ont débuté et se termineront à la fin de l’année. Le bâtiment, composé de pierres blanches, accueille les services de la Régie foncière, mais aussi des appartements, des bureaux et des magasins. Ces travaux, pour un montant estimé à 565.000€, seront effectués en trois phases :

  • Phase 1 : nettoyage méthodique de la façade, avec une attention particulière aux sculptures et frises ornant le bâtiment ;
  • Phase 2 : réparation et étanchéité. La toiture et les corniches, notamment, seront remplacées afin de garantir une nouvelle étanchéité optimale ;
  • Phase 3 : finition. Un durcisseur et un hydrofuge seront appliqués sur les éléments en pierre de sorte à augmenter leur résistance. Les châssis seront traités et repeints dans les couleurs identiques.

Chaque phase se fait sur les trois façades en même temps. Toutefois, une priorité d’action sera donnée aux façades Adolphe Max et De Brouckère pour ne pas perturber les travaux d’aménagement du nouvel accès au métro et ceux du piétonnier.

Mohamed Ouriaghli (PS), Echevin des Propriétés communales, se félicite de l’entame du chantier : « Cet ouvrage se fait bien évidemment dans le plus grand respect des règles patrimoniales, de sorte à conserver le caractère historique de la façade. Un embellissement qui se veut complémentaire à celui de l’élargissement de la zone piétonne ». L’Echevin ajoute : « Je mets un point d’honneur d’affecter les budgets nécessaires pour l’entretien et la rénovation du patrimoine privé de la Ville, et ce, en plus de mener une politique d’investissement via la production intensive de logements ».

Le Continental est une œuvre de l’architecte E. Carpentier. Construction datant de 1874, elle fut édifiée à l’initiative d’une société privée pour en faire un hôtel de prestige. Repris par la Ville en 1885, le Continental devient un bâtiment phare dans la perspective du boulevard Anspach. Il connaîtra depuis lors différentes affectations : musée de figures de cire, café-restaurant et l’actuelle (appartements, bureaux et magasins) depuis les années 1980. Un siècle et demi plus tard, le Continental entend bien conforter sa position prestigieuse à l’aube du réaménagement indispensable des boulevards du centre.